Les News

Dernières nouvelles de La Fondation Les Mollards-des-Aubert

Restauration bâtiment

Restauration cuisine
2015 : LA PREMIÈRE ÉTAPE EST ACHEVÉE




L'année 2015 a été consacrée à la remise en fonction de l'ancienne cuisine à l'étage, dont le sol avait été complètement démonté lors des travaux d'assainissement au rez-de-chaussée.

La réalisation d'un nouveau conduit de cheminé a permis la mise à jour d'une ancienne cuisine du 18e siècle, avec des éléments en pierre de taille.

Le sol en carreaux de ciment teinté, démonté en 2014, a pu être reposé,
de même que le mobilier de cuisine réalisé par Pierre Aubert dans les années 1950.

Les peintures ont été rafraichies et portes et fenêtres consolidées.



Tous ces travaux ont pu être réalisés grâce à un généreux donateur.

Qu'il en soit ici vivement remercié!


Restauration de la cuisine aux Mollards des AubertRestauration de la cuisine

Culture en terrasses

aux Mollards-des-Aubert





Comment cultiver de quoi se nourrir dans la ferme des Mollards des Aubert,
à 1300 mètres d'altitude,
sur le versant nord du Jura?

La famille Aubert, présente depuis 1720 dans cette combe a répondu à cette question en construisant de ses mains plusieurs terrasses de pierres sèches sur le Crêt Rond à proximité de la ferme.

Récemment restaurées, en parallèle de l'importante restauration de la ferme, ces terrasses séculaires font maintenant l'objet d'essais de cultures céréalières et potagères.

Plusieurs variétés d'orges, de seigles et de blés anciens y sont cultivés cette année, clin d'œil aux anciennes pratiques meunières du site.






Cultures en terrasses aux Mollards
Sur le Crêt Rond à proximité de la ferme

Préparation des cultures La préparation des cultures

Cultures Potagères Cultures Potagères

TRAVAUX EFFECTUES AUX MOLLARDS-DES-AUBERT EN 2014 - 2015
Travaux au bâtiment

Travaux extérieurs

La plupart des travaux effectués en 2014 concernent l'assainissement et la consolidation de la partie habitable. Mis à part quelques finitions intérieures, le réaménagement des crèches et la toiture, les travaux d'assainissement de la partie rurale ont été pratiquement achevés en 2013.

Pendant toute la période hivernale, le chantier a été interrompu.

Les travaux ont repris en avril. Tous les plafonds du rez inférieur ont été soigneusement démontés, numérotés et stockés dans le rural en vue de leur repose ultérieure. La mise à nu du solivage a confirmé que l’état de la poutraison était assez satisfaisant. Cela a permis de ne pas démonter les planchers de l’étage supérieur et donc de garder celui-ci avec un maximum d’authenticité. Il n’y a eu d’ailleurs pratiquement aucune intervention touchant l'étage en 2014 hormis la cuisine.

A l’étage inférieur, les travaux ont été spectaculaires: les espaces ont repris leurs volumes initiaux grâce au démontage de différents ajouts réalisés par Pierre Aubert. Les murs de maçonnerie on dû être repris en sous-œuvre afin d'assainir les sols, les crépis ont été piqués à différents endroits afin de remplacer des moellons menaçant l’effondrement. Aux plafonds, une partie des solives ont été remplacées et les structures horizontales renforcées lorsque c’était nécessaire. Et les sols qui étaient en partie de terre battue ou de planchers à demi pourris ont fait l’objet d’un assainissement général avec creuse pour passer des drains intérieurs, pose d’une couche isolante et chape de ciment, prête à recevoir de nouveaux planchers dans l’étape suivante.

La seule pièce dont le plafond a dû être complètement ôté correspond à l’ancienne cuisine du niveau supérieur. Là, il a donc fallu vider entièrement tout ce qui reposait sur le sol puis démonter le carrelage (qui sera en grande partie récupéré) et, pour pouvoir assurer l’accès au niveau supérieur, il a été décidé de remplacer le solivage par un plancher dit "vénitien" (ou dalle compacte en bois).

L’automne ayant été clément et l’arrivée de la neige tardive, tous les travaux prévus ont pu être exécutés selon le programme.

Les xnbcvbfhdgfgdfjdjfg

Hormis les travaux forestiers nécessaires à la suite d’orages et de tempêtes, le remontage des murs de pierre sèche a repris sur le site de la colline du Mont Rond, avec l'accord de l'archéologie cantonale qui est venue sur place, où plusieurs terrasses ont été reconstituées. Elles ont fort belle apparence. A la demande des entreprises qui avaient de plus en plus de difficulté à rouler sur le chemin d’accès déformé par les nombreux passages de camions, le revêtement a pu être refait de façon plus durable, ceci avec l'autorisation de la Municipalité obtenue le 10 octobre 2014.

Travaux de restaurationaux Mollards-des-Aubert